Skip Navigation LinksAccueil > Fiche actualité
09/06/2017

 

PROTECTION DU CORDON DUNAIRE



  Dans le cadre de leur chantier-école, les 15 élèves de Première BAC PRO GMNF ont oeuvré sur la
  protection du cordon dunaire sur le territoire de Combrit-Ile-Tudy.

 


Le cordon dunaire, réduit à moins d’un mètre par l’assaut des vagues de l’océan lors de tempêtes conjuguées à de forts coefficients de marées, a été rechargé par une entreprise de travaux public 10 jours avant l’intervention des élèves.
Afin de protéger et préserver ce cordon, seul rempart pour éviter l’inondation voire la submersion de plusieurs dizaine d’hectares d’espaces naturels et de terres agricoles mais aussi de près de 500 habitations situées sous le niveau de l’océan,
le SIVOM de Combrit-Ile Tudy a sollicité l’aide des élèves du lycée de Kerbernez.
Le mardi 6 juin, par groupes de 4 élèves, l’installation des ganivelles (fines lattes ce chataîgnier raccordées par du fil de fer galvanisé et torsadé) a débuté. Un premier élève déroulait les rouleaux ; un autre raccordait les ganivelles entre elles tandis
que le troisième équipier plaquait et tendait cette clôture contre les poteaux de chataîgnier préalablement installés en pied
de dune. Enfin le quatrième s’appliquait à lier la latte judicieusement choisie au poteau afin de garantir la tension de la
palissade pour toute la saison estivale.

  

Cette protection a été installée sur 1550 mètres. Après avoir œuvré seuls le mardi, les élèves ont accueilli et encadré leurs camarades de Seconde le mercredi. La maîtrise des techniques, l’endurance, les capacités d’organisation et de réorganisation ont ainsi été mises à l’épreuve où efficacité et efficience étaient évaluées.
La commande a été livrée avec succès en présence de Guillaume Esteva-Kermel, chargé de mission PAPI (plan d’aménagement
et de prévention des inondations) et de Jean-Yves Cloarec Agent du SIVOM.
Ces derniers ont accordé du temps pour présenter le projet d’un second niveau de protection des habitations en zone submersible. Une digue rétro-littorale est à l’étude, qui retiendrait des milliers de mètres-cubes d’eau avant de les restituer à l’océan via un canal lors de la descente de marée. Les élèves ont pu appréhender les difficultés réglementaires et budgétaires liées à ce projet.


  En septembre après la forte affluence touristique, les futurs élèves de Seconde viendront démonter les
  ganivelles avant les premières tempêtes automnales ou hivernales qui les emporteraient au large par
  l’assaut répété des vagues.


La presse en parle (Ouest-France)