Skip Navigation LinksAccueil > Fiche actualité
11/10/2018

Des fleurs à l’honneur !

Les étudiants en première année du BTS production horticole, accompagnés de leurs enseignants Mme HERLEDAN et
M. BOUALLAGUI, ont visité une entreprise horticole du Sud Finistère spécialisée dans la production et la commercialisation de fleurs coupées. « Les Fleurs de l’Odet » issue de la fusion, en 1994, des « Serres de l’Odet » (1969) et de « Jet Fleurs » (1987) a été reprise, en 2014, par Monsieur et Madame Lannuzel. Elle produit actuellement dans 10000 m² de serres et de tunnels du
gerbera et du rosier, en hors sol, et du lys, alstroemère, chou ornemental,… en pleine terre.
Lors de la visite, Evelyne, responsable des cultures, a retracé l’historique de l’entreprise et a insisté sur les évolutions et les adaptations structurelles, techniques et commerciales.
Malgré une concurrence féroce (due à une mondialisation du secteur de la fleur coupée) et un contexte socio-économique peu favorable (coût de la main d’œuvre, de l’énergie, …), l’entreprise tire son épingle du jeu grâce à une offre de proximité quasi-complète de produits (fleurs, compositions florales).
La zone de chalandise va de Lorient jusqu’à Saint-Brieuc en plus du Finistère. Les principaux clients de l’entreprise sont les fleuristes et les quelques surfaces alimentaires.
Cette visite s’inscrit dans une approche globale pour faire découvrir aux nouveaux étudiants les différents secteurs de l’horticulture ornementale et vivrière. Elle facilitera le positionnement de chaque étudiant par rapport au choix de son entreprise du stage principal (2,5 mois).
Sur le plan pédagogique, elle vise à faire comprendre aux étudiants le fonctionnement d’une entité économique qui a des objectifs mais aussi des contraintes socio-économiques, techniques et environnementales.
Les étudiants, émerveillés par les splendeurs des formes, des coloris et des tailles des différentes fleurs n’ont pas arrêté de questionner Evelyne (agréablement surprise par le dynamisme et la curiosité du groupe) pour comprendre l’organisation des itinéraires techniques dans l’espace et dans le temps.
Ils se sont aussi attardés sur les aspects environnementaux (gestion des bioagresseurs, gestion des flux de l’eau de drainage, énergie,…). Preuve qu’ils ont bien intégré la problématique du développement durable.
Cette visite a permis au groupe d’assister à la plantation mécanique du lys et à la confection de bouquets. Virginie (une employée fleuriste) a même laissé certains étudiants manipuler la bulleuse (qui forme une poche d’eau à la base du bouquet pour faciliter sa tenue dans le lieu de vente et aussi chez le consommateur).

  

 

Du bio menu !
Monsieur Pacaud, horticulteur bio à Goulien (à quelques kilomètres de la Pointe du Raz), a accueilli les étudiants en 1ère année de BTS accompagnés de leurs enseignants Mme HERLEDAN et M. BOUALLAGUI.
Bien que pluvieuse et ventée, l’après-midi a été consacrée à la visite de la serre à double paroi gonflable où sont produits des haricots, du mesclun et des tomates.
Le chef d’entreprise s’est attelé à expliquer les cycles de culture en insistant sur l’organisation spatiale et temporelle des productions pour respecter le cahier des charges «AB » et atteindre les objectifs commerciaux de l’entreprise.
La petite éclaircie du milieu d’après midi a permis au groupe d’observer les cultures de plein champ. L’ancien corps de ferme (construit en 1851), acquis il y a trois ans, dispose d’une collection de fruitiers (pommiers, poiriers, néfliers, figuiers) que monsieur Pacaud a depuis enrichi avec des pêchers et des abricotiers. Parmi les nombreux clients de l’entreprise sur le marché de Quimper, certains sont des « vrais » militants écologiques qui apprécient fortement une offre diversifiée de produits locaux.
Tout en dégustant quelques pommes fraîchement cueillies, les étudiants n’ont pas tari de questions pour comprendre les
raisons du choix de ce site alors qu’il se trouve à trois quarts d’heure du marché quimperois (où s’écoule la quasi-totalité de la production). La rareté du foncier aux alentours de Quimper et l’envie de monsieur Pacaud d’être « tranquille » ont justifié le choix de Goulien. Il faut remarquer que ce site présente tout de même un avantage climatique non négligeable (température
et ensoleillement plus élevés qui favorisent la précocité des productions donnant la possibilité à l’entreprise de profiter de prix élevés, peu de gelée limitant ainsi les risques de dégâts).
Le chef entreprise a longuement insisté sur la nécessité de bien gérer l’entreprise pour éviter notamment les problèmes de trésorerie. Les étudiants ont aussi voulu comprendre comment cette jeune entreprise fera, seule, vivre le couple (monsieur Pacaud et sa compagne Isabelle) une fois celle de Quimper (qu’ils louent depuis 12 ans) sera arrêtée en septembre 2019. Monsieur Pacaud a exposé les différents scenarii (qu’on ne peut pas rendre publics ici).
La visite s’est terminée par un exposé devant le four à pain que monsieur Pacaud compte rénover et remettre en service.
Il sera un plus quand le point de vente sera crée. Dans ce dernier, il y écoulera ses légumes, ses fruits mais aussi son pain. Et pourquoi pas un jour rénover le reste des bâtiments pour ouvrir un gîte !…On n’y mangera certainement que des plats « bio ». Humm ! Bon appétit.